Sous le Sceau de Boishardy

14.7km

4h

Moyen

 » Au fil de l’Histoire et de la Vallée  »
Partez à la découverte du riche patrimoine de Bréhand, au travers des chemins creux, fonds de vallées et bois, suivez les coulis de la Margot ou de la Truite, rivières locales.
Un parcours, incontestablement empreint de la présence du Général Boishardy, chef des chouans natif de Bréhand.

brehand

Points d’intérêts

  • 1 Maison du Randonneur

    Parking conseillé : parking de l’EgliseDu parking, prendre à gauche et remonter la rue du Mené en suivant le balisage.

  • 2 La Maison du Randonneur

    La Maison du Randonneur datant du 18è siècle, ancien auditoire de la commune. L’auditoire était le lieu où le seigneur de Launay rendait la justice sous l’Ancien Régime, pour l’ensemble de la paroisse. L’inscription latine figurant sur le linteau placé au-dessus de la porte nous rappelle fort justement : « Joannis Franscisci – Justicia Monumentum- Palais de Justice ». En face, sur la place actuelle, se trouve le pilori, poteau auquel étaient attachés les condamnés.

  • 3 Le manoir de la Ville-Lahouët

    Le manoir de la Ville-Lahouët (propriété privée), première des demeures remarquables qui vont jalonner votre périple bréhandais a été construit vers 1500. Cette bâtisse reste célèbre dans l’histoire communale pour avoir abrité et protégé Boishardy(voir « une page d’histoire! »), qui échappa de justesse aux Républicains lorsqu’ils encerclèrent le manoir à deux reprises, les 3 et 12 juin 1795, Résidence de Joséphine de Kercadio, « fiancée » de Boishardy, le manoir servit naturellement de quartier général au chef chouan. Ce soutien inconditionnel et les nombreux faux assignats retrouvés dans le manoir lui attirèrent quelques ennuis…

  • 4 Les murs d’enceinte du domaine de Launay

    Vous longez les murs d’enceinte du domaine Launay qui vous empêchent d’apercevoir le joli château, bâti au 14è siècle, mais plusieurs fois remanié. Il fut la demeure des seigneurs de Bréhand, parmi lesquels Guillaume de Bréhand, qui fut un fidèle compagnon de Bertrand Du Guesclin.

  • 5 La cache de Boishardy

    Ce chemin creux vous mène à la « cache de Boishardy ». On dit que le chef chouan venait se réfugier ici, dans l’interstice offert par ces deux gros rochers, lorsque ses partisans l’avertissaient de l’arrivée imminente des « Bleus », venus pour le surprendre dans son manoir, situé à 300m à peine. Condamné à mort à la fin du 18è siècle, le général Boishardy ne se retirait plus jamais chez lui. Il couchait rarement deux nuits dans le même endroit. Tantôt il se retirait pour prendre quelques heures de sommeil dans des creux qu’il avait fait pratiquer et dont l’entrée était refermée, avec des fagots, tantôt dans des rochers, le plus ordinairement dans un hamac qu’il suspendait aux branches d’un pommier, tandis que sa troupe bivouaquait aux environs (voir « Une page d’hsitoire ! »).

  • 6 Les fondations d’un immense château

    Les fondations d’un immense château, probablement en place jusqu’au début du 18è siècle, ont été retrouvées ici. Ensuite propriété des De Foucaud, le manoir fut en partie détruit pour restaurer leur château, le château de Launay (domaine privé). La voûte de son ancienne chapelle, toujours visible à l’intérieur de la grange, et son pigeonnier, témoignent encore de sa présence passée. Ses illustres propriétaires, qui possédaient beaucoup de terres à Bréhand, avaient droit à 1 000 boulins, terme désignant les cavités disposées sur les murs intérieurs de l’édifice pour accueillir les nids de pigeons.

  • 7 Les ruines du moulin de Cambourg

    Maintenant en fond de vallée, vous rejoignez les ruines du moulin de Cambourg, dont l’ancienne digue, située plus en amont, ne vous aura pas échappé. Ce moulin à céréales fut abandonnée par ses derniers exploitants en 1919. Ses vestiges, peu connus du grand public couverts par la végétation, donnent aujourd’hui une note pittoresque à votre parcours.

  • 8 Le Pont Mérovingien

    Ces grandes pierres plates tracent votre chemin. Vous circulez sur ce que les Bréhandais appellent le Pont Mérovingien, sans toutefois garantir qu’il soit d’époque…On sait en revanche qu’il permettait aux paysans de passer à « pieds secs », tandis que le bétail et les charrettes empruntaient le lit actuel du cours d’eau pour atteindre le chemin de l’Enfer, aujourd’hui obstrué par un rocher. La petite histoire ne nous détaille malheureusement pas les événements qui lui valurent d’être nommé ainsi..

  • 9 Les zones humides

    Les zones humides, espaces de transition entre les milieux terrestres et aquatiques, sont facilement repérables grâce à leur végétation typique. En retenant l’eau l’hiver et en la restituant l’été, elles jouent un rôle essentiel pour réguler l’eau des rivières et limiter la pollution. Elles sont par ailleurs garantes de la biodiversité. On sait que 30% des espèces végétales menacées en France y vivent, tout comme une bonne partie de la faune endanger qui s’y reproduit. Il nous appartient de préserver ces petites réserves naturelles, très fréquentées par les batraciens et certains oiseaux migrateurs.

  • 10 L’église Notre-Dame de Bréhand

    L’église Notre-Dame de Bréhand date du 19è siècle, elle renferme notamment le Gisant (voir « Une page d’histoire ! »).

Adresse de départ
Place de l’Église
22510 Bréhand

Itinéraire – Accès

Indiquez votre e-mail pour recevoir nos brochures sur le GR®34 en Côtes d'Armor
Avant de partir, recevez l'actualité des Côtes d'Armor
JE M'INSCRIS