Le petit tour du Coucou

5km

1h30min

Moyen

D’un côté, un littoral de falaises abruptes formant de nombreuses pointes au pied desquelles se nichent des grèves de galets tel le Petit Havre, de l’autre, une campagne calme traversée par une longue vallée verdoyante et des champs, le Tour du Coucou suit ainsi les pas des pêcheurs d’antan. Il les évoque déjà dans son nom, puisque le « Coucou » renvoie au salut que les femmes faisaient aux marins du haut de la falaise. Au fil des vestiges et monuments qui jalonnent le parcours, une histoire maritime bretonne se dévoile.

Départ : parking de la plage du Petit Havre

Collection « Balades en poche » – circuit disponible gratuitement à l’office de tourisme de la Baie de Saint-Brieuc

Pointe de Bréhin

le petit Havre

Rocher du Coucou

Tour du Coucou

Points d’intérêts

  • 1 PLAGE DU PETIT HAVRE

    Comme son nom l’indique, la crique de galets qui s’étend sousvos yeux, accueillait autrefois un port. Une digue de pierressèches enfoncées dans le sable fut aménagée au 18e siècle. Elle formait une protection contre le vent du nord-est à l’abri de laquelle un petit nombre de bateaux (n’excédant jamais la dizaine), venait s’échouer ou parfois s’amarrer à des pieux en bois. Aujourd’hui, la construction est victime de l’ensablement, mais on peut encore la deviner à marée basse.Prendre le GR®34 qui monte à gauche.

  • 2 PÊCHE CÔTIÈRE

    Nombre d’habitants de Pordic vivaient des richesses de la mer. En 1844 notamment, le quart de la population active était composé de marins. L’une des destinations les plus prometteuses des pêcheurs côtiers du Petit Havre était les îles Saint-Quay à l’ouest. À leur retour, le poisson était transporté en ville à dos d’âne, chaque famille en possédant un. Ce sont les femmes qui s’occupaient de la vente, à Pordic, mais surtout à Saint-Brieuc. À l’est, entre la pointe de la Béchue et Tournemine, l’ancienne pêcherie du Poissonet piégeait le poisson et les crustacés à marée descendante. De forme circulaire, on peut encore la deviner en contrebas de la falaise. Ces techniques de pêche très anciennes réutilisaient les roches côtières associées à des filets.Rester sur le même sentier jusqu’au rocher du Coucou.

  • 3 ROCHER DU « COUCOU »

    Le promontoire rocheux que vous avez face à vous est un lieuchargé d’émotions. En effet, c’est de là que les femmes desenvirons venaient saluer les hommes qui partaient ou revenaientde la « Grande pêche », c’est-à-dire la pêche à la morue quise faisait à Terre-Neuve puis en Islande. Les campagnes depêche duraient alors de 6 à 8 mois. Imaginez toutes les femmesqui s’y sont trouvées, debout, venant faire un dernier « coucou »à leurs proches (mari, frère, ami), craignant de ne plus lesrevoir. Ou à l’inverse, imaginez-les remplies de joie à l’idée deles retrouver en voyant le bateau rentrer au port.Continuer le chemin. À la fourche, prendre à droite.

  • 4 POINTE DE BRÉHIN

    Admirez le panorama : à gauche, la langue verte et bien fournie que forme la vallée du Vau Madec contraste avec la végétation rase de la pointe et les couleurs de la grève de galets et de la mer. Face à vous, le port de Binic. C’est de là que partaient aussi les marins de Pordic pour la « Grande Pêche ».Descendre de la pointe et remonter la vallée àgauche pour emprunter un sentier grimpant.Poursuivre jusqu’en haut et prendre à droite au panneau dulieu-dit « Notre-Dame de Liesse » (crochet de 5min pour voirla Croix Massignon).

  • 5 CROIX MASSIGNON

    De forme celtique, la croix doit son nom à l’homme qui l’érigea en 1909, Louis Massignon. Ce célèbre orientaliste, à l’origine du pardon islamo-chrétien du Vieux-Marché, séjournait régulièrement dans la villa visible de l’autre côté de la vallée et voulut symboliser sa conversion au christianisme. L’oratoire en dessous est plus ancien et dédié à Notre-Dame de Liesse, aussi appelée Notre-Dame des Brûlons des Ardriers par les Pordicais en référence aux feux de broussailles qu’il pouvait y avoir dans la région.Revenir sur ses pas pour continuer le chemin à droite. Au carrefour, poursuivre tout droit jusqu’à la route, prendre à gauche puis à droite. Au bout de la rue, aller à gauche.

  • 6 CHAPELLE NOTRE-DAME DE LA GARDE

    Notre-Dame de la Garde est la protectrice des marins, « Patronne des matelots, garde-les de la fureur des flots ». La chapelle visible depuis la mer, tel un phare, devait leur inspirer confiance et courage à leur départ, reconnaissance et joie à leur retour. Entrez à l’intérieur et notez la décoration maritime : filets de pêche accrochés aux murs, statue de Notre-Dame de la Garde avec Jésus tenant une ancre dans sa main, maquettes de bâteaux…Après un périple éprouvant, les marins venaient remercier la Vierge de les avoir gardés en vie en lui faisant des offrandes.Suivre la rue à gauche de la chapelle. Après le n°25, emprunter le sentier herbeux à gauche pour rejoindre le parking de départ.

Adresse de départ
Le petit Havre
22590 Pordic

Itinéraire – Accès

Avant de partir, inscrivez vous
à notre newsletter
JE M'INSCRIS